Les Halles Piaudières

Réhabilitation d'une halle agricole en 9 logements sociaux

Nantes, Loire Atlantique 

Études en cours

SUPERSABRE ARCHITECTES

Composer et non s’imposer - Chaque projet de construction modifie son environnement.

Minimiser cet impact est pour nous la base d’une architecture résiliente.

Pour cela, il est nécessaire de prendre conscience des qualités initiales de cet environnement, considérer qu’il est en équilibre et imaginer le projet pour qu’il ne vienne pas le déséquilibrer. Faire avec le « déjà là » devient donc primordial.

Ainsi un arbre, un boisement, un bâtiment existant, un mur, une vue, deviennent le point de départ avec lequel le projet devra composer.

Ensuite tout est mis en œuvre pour faire le maximum avec un minimum. Utiliser au mieux le potentiel d’un lieu, d’un matériau, d’un budget pour le minimum d’emprise construite et d’impact environnemental.

SUPERSABRE ARCHITECTES

En arpentant le terrain avec le maître d’ouvrage nous visitons cet ancien hangar maraîcher et constatons, malgré un aspect extérieur sans intérêt notable, que ce hangar est en fait entièrement réalisé en portiques type Hennebique et planchers béton nervurés typiques de l’après-guerre. L’idée de conserver et réutiliser la structure de cet ouvrage prend forme. 
Plusieurs études s’enclenchent. Des études structurelles pour étudier la solidité de l’ouvrage, une étude capacitaire et économique bâtiment démoli / bâtiment réutilisé.

Il s’avère que la structure est en excellent état et à même de supporter des surcharges importantes adaptées à du logement.

Parallèlement l’étude capacitaire arrive à la conclusion qu’en réutilisant  le hangar, il est possible de réaliser un nombre moins important de logement (9 au lieu de 11) mais pour un coût légèrement inférieur et un projet plus cohérent. Décision est prise de transformer ce hangar en logements sociaux. 

Réutiliser plutôt que détruire. Cette démarche amène la notion de résilience pour le projet de la Halle Piaudière. Réutiliser cette structure de hangar nous a amené à réfléchir avec la structure en place, à développer un principe de logements spécifiques et à travailler en structure « légère » la réhabilitation. L’espace compris entre chaque portique existant est donc exploité pour créer chaque cellule de logement.

Les logements à RDC sont traversants et profitent d’une hauteur sous plafond hors standard de 3 m.

Les logements à l’étage sont tous en duplex, traversant eux aussi, avec accès privatifs via leur terrasse.  L’ensemble de cette réhabilitation est conçu en ossature bois avec isolation biosourcée, afin d’éviter de surcharger la structure existante, d’isoler de façon performante avec un minimum de perte d’espace et enfin de s’adapter de façon souple et réversible à l’existant. R

ecycler ce hangar nous a amené à mettre point des logements sociaux présentant des qualités d’espace, de modularité, de conception plus innovant que ce qu’il aurait été possible en construction neuve.

Ce n’est pas une compétence spécifique de l’architecte qui est déterminante dans ce projet mais bien le fait que le maître d’ouvrage soit partie prenante de cette démarche spécifique. Construire neuf aurait été beaucoup plus simple réglementairement. Ce cas oblige à faire modifier le PLUM, diagnostiquer la structure, valider auprès de différents services et assurances la faisabilité du projet et enfin oblige à accepter des configurations de logements qui sortent des standards actuels. La construction étant de plus en plus normée, réussir à faire un pas de côté implique une certaine ténacité, l’implication d’un maître d’ouvrage et du temps pour mettre au point un projet singulier. 

© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W
  • Vimeo