LES VOYAGES DE L'EAU

Sara Kamalvand, architecte et artiste, aborde dans ses projets des questions telles que le changement climatique, l’épuisement des ressources et l’empreinte écologique à travers le patrimoine, la conservation et la mémoire.

Depuis 2012, elle mène une réflexion sur un réseau d’irrigation ancestral et abandonné - le quanat - à l’origine des villes de Téhéran, Palerme et Madrid.

En 2020 elle est lauréate de la Casa de Velázquez, l’Académie de France à Madrid, lieu de création et de recherche. Madrid, fondée au IXe siècle sous le règne des Abbassides, a été construite sur des sources d’eaux souterraines ; le nom même de la ville dériverait de matrice - « la mère » — ou plus littéralement encore de magerit — « ruisseau » en arabe.




cartographie de Madrid et son réseau de qanat © Sara Kamalvand



Le projet que Sara Kamalvand a choisi de développer durant son année en résidence prend ainsi sa source aux origines mêmes de la ville, autour de la question de l’eau, à travers la lecture d’un réseau souterrain, ancestral et invisible, le qanat ou viaje de agua en espagnol. En étudiant ce tracé invisible et originel de la ville, qui a donné naissance aux jardins et a alimenté les fontaines publiques pendant plus de huit siècles, Sara Kamalvand entreprend un travail proche de celui de l’archéologue. En lisant ces ruines invisibles, elle part à la reconquête d’un patrimoine oublié, déchiffrant ce palimpseste urbain à la recherche des traces indestructibles des sociétés qui s’y sont succédé.

Abandonnés à la révolution industrielle, « los viajes de agua » continuent d’irriguer l’eau de manière disparate et délaissé.

Leur relecture sert d’instrument de mémoire et de transgression, de lignes géométriques et de cosmicité entre traditions vernaculaires et enjeux contemporains.






EXPOSITION À DÉCOUVRIR

DU 21 AVRIL AU 06 JUIN 2021

Depuis l'espace public - mail du front populaire

Petite Galerie - Maison régionale de l’architecture des Pays de la Loire

Une exposition dans le cadre de l'exposition Itinerancia, réunissant les œuvres des artistes résidents en 2020-2021 de la Casa de Velázquez de Madrid.


Itinerancia s’inscrit dans le cadre de la politique de soutien à la création contemporaine initiée par le Département de Loire-Atlantique et d’un programme d’échanges culturels avec l’Académie de France à Madrid.

Les autres artistes sont à découvrir à l’école supérieure des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire.


PLUS D'INFO




AUTOUR DE L'EXPOSITION


Le Monument Invisible (The invisible monument) montre le processus d’une lecture anachronique de Téhéran en utilisant les couches souterraines d’un réseau d’irrigation abandonné pour révéler la nature et les besoins contemporains de la capitale Iranienne.


Tel un roman graphique, le livre retrace l’histoire de Téhéran depuis ses origines Zoroastrienne, mettant en lumière la capacité d’une infrastructure à façonner les pensées et l’espace à travers le temps.


Par la nécessité d’habiter le désert, un paysage anthropique façonné par des sources d’eau souterraines et des cycles astronomiques a donné naissance au jardin comme l’une des premières formes d’art.


Ce livre est en vente à la Maison régionale de l'architecture. Prix 35€

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W